La fondation de l'abbaye d'Aiguebelle

Charte d'Aiguebelle

Les origines de l'abbaye d'Aiguebelle sont consignées dans un document très rare : une pierre de calcaire dont il reste la plus grande partie. Cette inscription ou Charte lapidaire, fait connaitre le nom du fondateur, il s'agit de Gontard Loup, seigneur de Rochefort. La date portée sur l'encadrement de la pierre est le 26 juin 1137.

Le plus vieux document papier

transaction sur la lavande

Messieurs les consuls, j'ai entendu que votre graine d'aspic (lavande) est prète pour demain soir, Dieu nous y aidant nous y serons, faites savoir à tous ceux qui en ont de la porter demain lundi matin et nous la recevrons incontinent, car je vous envoie ce message exprès pour vous en avertir afin que les uns et les autres ne perdent leur temps qui pour fin de la présente me recommandent à vous de Dieulefit ce 22 de septembre 1590.

Le livre terrier de 1624

le cadaste de 1624

Le livre terrier ou parcellaire de 1624 est le plus ancien cadastre parvenu jusqu'à nous. Il a échappé à l'humidité, au feu et aux rongeurs, ainsi que le notait André Lacroix en constatant en 1888 l'état lamentable des archives communales. Réstauré par Gabriel Giffon ce document révèle les noms des plus anciennes familles du village : Théolat, Grel, Jacquier, Durand, etc... L'ouvrage a été visé par le célèbre intendant Jean Bouchu qui a administré la province de 1636 à 1705.

La peste de 1629

La peste de 1629

Un document conservé aux Archives départementales de la Drôme, nous permet de découvrir le village confronté à la peste au cours du mois de juin 1629 et durant les mois suivants. Il s’agit d’un carnet racontant la façon dont Rochefort a lutté contre le « mal contagieux » qui a atteint une bonne partie du sud-est du pays. On observe l'évolution du mal, la mise en place des mesures de prévention, l’ accumulation des victimes... Le Consulat (ancêtre du conseil municipal) composé de Michel Chappellan, châtelain de Rochefort et des consuls, Michel Martin, Louis Teolas, Pierre Faucon, Moïse de Paume, Louis Pourret et Jacques Peyriller, décide de mesures à mettre en œuvre pour aider les plus nécessiteux à faire face aux "disgrâces des maladies".

le cahier de doléances de 1789

Le cahier de doléances

Dans la France de l'Ancien Régime, les cahiers de doléances sont des registres dans lesquels les assemblées notent vœux et demandes. Dans ces recueils sont consignées les protestations adressées au roi par les états généraux ou provinciaux. Les cahiers les plus notoires restent ceux de 1789. Le cahier de doléance de Rochefort donne lieu à des remarques désobligeantes. Les représentants de la Commune avaient en effet alors indiqué : le régime municipal, c'est seigle, espeautre, millet noir et paume de terre. Cette formule ironique voulait traduire la misère dans laquelle se trouvait la population locale.

La carte de Cassini

La carte de Cassini

Les cartes de Cassini sont l'oeuvre de trois générations de cartographes de la famille Cassini. Elles on été établies entre 1750 et 1790. La France est découpée en 181 cartes, seules manquent celles de la Corse, la Savoie et l'Ile d'yeu. L'ensemble forme la première carte générale du royaume de France. L'échelle utilisée est d'une ligne pour cent toises, soit une échelle de 1/86400.

Le cadastre Napoléon

Le cadastre Napoléon

En juillet 1807, L'empereur Napoléon déclare son intention de mettre en place un cadastre parcellaire. L'empereur exige que le cadastre soit le complément du code civil et qu'il constitue la garantie de la propriété individuelle. Les travaux commencent en 1808 et s'étalent sur plus de 40 ans. Le cadastre de Rochefort sera terminé parmi les premiers le 6 novembre 1811.